De l’énergie renouvelable à partir d’herbe non utilisée

De l’énergie renouvelable à partir d’herbe non utilisée

Un projet transnational transforme de l’herbe non utilisée de plaines inondables situées le long du Danube et d’autres rivières d’Europe centrale en biocarburant pour produire de l’énergie durable et préserver la biodiversité. Améliorer l’éco-efficacité de la production des bio-énergies et de l’approvisionnement dans les zones riveraines du bassin du Danube et d’autres plaines inondables en Europe centrale, tel est le projet appelé DANUBENERGY

Depuis que j’ai commencé à travailler sur ce projet, j’ai réalisé que les ressources d’herbes non utilisées sont énormes. Et l’importation de grandes quantités de granulés au-delà de l’Atlantique est désormais encore moins compréhensible pour moi. » nous dit Bernhard Schneider, Agence de l’énergie des régions, gestionnaire du projet DanubEnergy

En développant un carburant solide stockable produit à l’aide de biomasse venant de prairies riveraines, le projet DanubEnergy poursuit un triple objectif: améliorer le processus de production en introduisant une nouvelle technologie extrêmement économe en énergie pour traiter la biomasse; se servir de matériaux précédemment non utilisés comme la base du carburant; et commercialiser des biocarburants de haute qualité produits localement.

Une centrale de démonstration mobile se rendant sur neuf sites du projet dans sept pays a montré les avantages de cette nouvelle technologie et contribué à des études de faisabilité en évaluant quelles matières premières et quels paramètres technologiques convenaient le mieux à chaque région. Le projet comprenait également des évaluations de l’impact environnemental et des études socio-économiques pour déterminer la durabilité régionale de la technologie. Dans le même temps, des actions conjointes de renforcement des capacités ont préparé les parties prenantes à la poursuite du programme au-delà de la durée du projet.

danube 3Préserver la biodiversité et trouver de nouvelles sources de bioénergie
De nombreuses plaines d’inondation constituent des zones importantes pour oiseaux et autres espèces protégées par les directives Oiseaux sauvages et Habitats de l’UE. Afin de préserver ces paysages, l’herbe et les roseaux doivent être récoltés chaque année. Ces matières sont cependant trop mûres pour être utilisées comme fourrage et trop sèches pour une utilisation conventionnelle dans les usines de biogaz. Lorsque l’herbe pourrit, comme c’est fréquemment le cas, elle émet des gaz à effet de serre.

La nouvelle technologie IFBB (génération intégrée de biogaz et carburants solides à partir de la biomasse) permet d’utiliser les matières récoltées. Ses composants solides sont séparés, traités et transformés en granulés de carburant solides, ainsi qu’en fluide fermenté dans des centrales de biogaz pour produire de l’électricité. Ils y remplacent le maïs. Les centrales de biogaz ont pour but de réduire la part de maïs utilisé en tant qu’apport de matière, car trop précieux et coûteux pour la production d’énergie.

Pendant la durée du projet, l’augmentation du nombre d’espèces a été constatée dans les prairies observées, comme le montre une étude sur une plaine d’inondation dans la vallée de Lainsitz, à la frontière austro-tchèque (Schmidt, A., A botanical analysis of pilot study areas in floodplains of the river Lainsitz, Gmünd 2013).

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «Improving eco-efficiency of bio-energy production and supply in riparian areas of the Danube river basin and other floodplains in Central Europe – DANUBENERGY» bénéficie d’un investissement total de 1 777 824 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional (FEDER) s’élève à 1 381 677 EUR au titre du programme opérationnel «Europe centrale» pour la période de programmation 2007-2013.

 

Source : Info Regio – European commission
www.danubenergy.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *