Tour Alternatiba : un coup de pédale pour l’environnement

Alternatiba Paris vélo
Des participants au village Alternatiba à Paris © Nicolas Brouste

Le village Alternatiba a regroupé  une centaine de cyclistes samedi 9 juin à Paris. Ces amateurs de vélo sont allés de Stalingrad à Nation sur leur monture afin de sensibiliser à la cause environnementale. Le village a également rassemblé de nombreux badauds venus assister aux concerts.

Regroupés autour de la cause environnementale, une centaine de cyclistes se sont rassemblés sous un grand soleil, samedi 9 juin à Paris, pour une balade de Stalingrad à Nation, organisée par Alternatiba, une association qui défend les alternatives écologiques à la société de consommation.

Avec cette première étape parisienne, ce tour de France vise à sensibiliser les visiteurs à l’impact de leurs modes de consommation sur l’environnement. « Le but du village Alternatiba est de mettre en lumière les alternatives aux modes de consommation actuels. Ils doivent participer à l’arrêt au dérèglement climatique enclenché, tout en restant dans un cadre de vie civilisée », explique Jon Palais, un des organisateurs. « Les thématiques portent en grande partie sur l’alimentation et la consommation locale. Nous mettons également en valeur d’autres types d’agriculture, des associations cultures, et toute initiative permettant la diminution de la pollution », détaille l’organisateur. Ce tour de France va parcourir 200 étapes d’ici au 6 octobre 2018. Un village Alternatiba organisé par les associations locales aura lieu à chacune d’entre elles.

D’autres associations, moins présentes dans la sphère publique, sont également venues place Stalingrad. « Nous sommes un mouvement de jeunesse populaire qui existe dans 45 villes françaises, expose Marie, bénévole dans l’association Coexister. Nous rassemblons des jeunes de différentes origines pour leur faire visiter des lieux de culte, ou les sensibiliser à des causes importantes. Pour nous, l’environnement est une cause commune importante. » D’autres stands promeuvent des luttes comme la préservation des abeilles, l’agriculture locale ou les mobilités alternatives. « En somme, l’événement rassemble les associations intellectuellement proches d’Alternatiba », résume Sandrine, une bénévole du tour.

Alternatiba Cyclisme Paris
(Crédits : Des cyclistes au village alternatiba à Paris © Nicolas Brouste)

« Faire réagir les gens devant le réchauffement climatique »

Le top départ était prévu à 16 heures 30, et les aficionados du guidon se sont rassemblés peu avant sur une large variété de vélos : tandems, vélorizontals, VTT ou pliables. « Nous faisons ce tour pour faire réagir les gens devant le réchauffement climatique. Le vrai tour fait un total de 5 800 km et parcours toute la France avant de se terminer à Bayonne », explique Catherine, cycliste et bénévole. « L’essentiel des gens présent sont des étudiants, des retraités, ou des amateurs de cyclisme. Mais ce sont surtout des gens prêts à donner du temps pour l’environnement. Nous voulons montrer que l’espace public n’appartient pas qu’aux voitures », ajoute-t-elle avec détermination.

Pendant que les cyclistes se préparent, les badauds boivent un verre en écoutant les concerts. De stand en stand, chacun découvre les actions des différentes associations présentes, comme Greenpeace ou France Nature Environnement (FNE). « C’est important de prendre part à un grand mouvement, surtout quand c’est un moment festif et agréable », plaisante Carmen Etcheverry, de FNE. « En étant présent, nous construisons également des synergies avec les autres associations. Nous échangeons des stratégies et par cela, nous construisons les combats ensemble », résume-t-elle.

Les combats en question ne manquent pas, tout comme les moyens d’action de l’association : « Nous cherchons à faire pression sur les pouvoirs publics avec de grandes actions, mais aussi à promouvoir les petits gestes du quotidien », ajoute Carmen Etcheverry.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here